Une biopile capable de fournir suffisamment d’énergie pour alimenter un pacemaker... Cet outil idéal pourrait bien devenir une réalité grâce au résultat de notre collaboration avec le Centre de Recherche Paul Pascal (CNRS / Université de Bordeaux) et l'équipe de Peer Fischer à l'Université de Stuttgart et l'Institut Max Planck. Nous avons effectivement démontré qu'il était possible d'accroître la puissance fournie par une biopile en y insérant un système microélectronique ce qui constitue une première dans le domaine de la "chélectronique", nouvelle discilpine à l'interface de la chimie et de l'électronique. Ces résultats ont été publiés en juillet dernier dans Nature Communications ont fait l'objet d'un communiqué de presse du CNRS à retrouver ici :

http://www.cnrs.fr/inc/communication/direct_labos/kuhn10.htm

breaking news